• Accueil
  • Ma ville
  • Démarches administratives

Avertissement : impossible de se connecter à service-public.fr
Les données affichées sont susceptibles de ne pas être à jour. : HTTP/1.0 302

Guide des droits et des démarches administratives

AccueilLogementLocation immobilièreLocation immobilière : contrat de location (bail)Quelles sont les voies de recours dans un litige locatif ?

VOS DROITS ET DÉMARCHES : Quelles sont les voies de recours dans un litige locatif ?

En cas de conflit dans le cadre d'une location immobilière, vous pouvez tenter de trouver une solution amiable. En cas d'échec, il faut saisir le juge. Le tribunal compétent et les délais de saisine dépend de la nature du litige.

Dépôt de garantie

* Cas 1 : Recours amiable

Quel que soit le litige qui vous oppose à votre locataire ou à votre bailleur (ou à son représentant, notamment une agence immobilière), il est toujours préférable de trouver une solution amiable afin de conserver de bons rapports locatifs.

Courrier écrit

Si vous ne parvenez pas à vous parler, il est conseillé d'adresser un courrier recommandé avec accusé de réception :

  • relatant les faits le plus précisément possible,

  • et accompagné des arguments et preuves pour à étayer votre propos (références juridiques, factures, photos etc...).

Ce courrier est une première étape préalable incontournable pour engager ensuite un recours éventuel devant le juge.

Conciliation

Si vous n'obtenez pas gain de cause avec un courrier, il peut être utile de saisir la commission départementale de conciliation.

La saisine est obligatoire pour certains litiges liés au loyer (encadrement, loyer sous-évalué, loyer sur-évalué, complément de loyer).

La procédure est gratuite.

* Cas 2 : Recours au juge

Si le litige concerne un dépôt de garantie d'un montant inférieur ou égal à 4 000 €, le juge de proximité dont dépend le logement loué doit être saisi.

Au-delà de 4 000 €, le tribunal d'instance dont dépend le logement loué doit être saisi.

Vous avez 3 ans pour saisir le juge à compter du jour où le dépôt de garantie aurait dû vous être versé.

À savoir : le recours à un avocat n'est jamais obligatoire.

Révision annuelle de loyer

* Cas 1 : Recours amiable

Quel que soit le litige qui vous oppose à votre locataire ou à votre bailleur (ou à son représentant, notamment une agence immobilière), il est toujours préférable de trouver une solution amiable afin de conserver de bons rapports locatifs.

Courrier écrit

Si vous ne parvenez pas à vous parler, il est conseillé d'adresser un courrier recommandé avec accusé de réception :

  • relatant les faits le plus précisément possible,

  • et accompagné des arguments et preuves pour à étayer votre propos (références juridiques, factures, photos etc...).

Ce courrier est une première étape préalable incontournable pour engager ensuite un recours éventuel devant le juge.

Conciliation

Si vous n'obtenez pas gain de cause avec un courrier, il peut être utile de saisir la commission départementale de conciliation.

La saisine est obligatoire pour certains litiges liés au loyer (encadrement, loyer sous-évalué, loyer sur-évalué, complément de loyer).

La procédure est gratuite.

* Cas 2 : Recours au juge

En cas de litige sur une révision annuelle de loyer, vous avez 1 an pour saisir le tribunal d'instance à compter de la date de révision du loyer.

À savoir : le recours à un avocat n'est jamais obligatoire.

Complément de loyer

* Cas 1 : Recours amiable

Quel que soit le litige qui vous oppose à votre locataire ou à votre bailleur (ou à son représentant, notamment une agence immobilière), il est toujours préférable de trouver une solution amiable afin de conserver de bons rapports locatifs.

Courrier écrit

Si vous ne parvenez pas à vous parler, il est conseillé d'adresser un courrier recommandé avec accusé de réception :

  • relatant les faits le plus précisément possible,

  • et accompagné des arguments et preuves pour à étayer votre propos (références juridiques, factures, photos etc...).

Ce courrier est une première étape préalable incontournable pour engager ensuite un recours éventuel devant le juge.

Conciliation

Si vous n'obtenez pas gain de cause avec un courrier, il peut être utile de saisir la commission départementale de conciliation.

La saisine est obligatoire pour certains litiges liés au loyer (encadrement, loyer sous-évalué, loyer sur-évalué, complément de loyer).

La procédure est gratuite.

* Cas 2 : Recours au juge

En cas de litige sur le montant du complément de loyer éventuellement fixé par le bailleur, le locataire a 3 mois pour saisir le tribunal d'instance à compter de la réception de l'avis rendu par la commission de conciliation.

À savoir : le recours à un avocat n'est jamais obligatoire.

Loyer surévalué

* Cas 1 : Recours amiable

Quel que soit le litige qui vous oppose à votre locataire ou à votre bailleur (ou à son représentant, notamment une agence immobilière), il est toujours préférable de trouver une solution amiable afin de conserver de bons rapports locatifs.

Courrier écrit

Si vous ne parvenez pas à vous parler, il est conseillé d'adresser un courrier recommandé avec accusé de réception :

  • relatant les faits le plus précisément possible,

  • et accompagné des arguments et preuves pour à étayer votre propos (références juridiques, factures, photos etc...).

Ce courrier est une première étape préalable incontournable pour engager ensuite un recours éventuel devant le juge.

Conciliation

Si vous n'obtenez pas gain de cause avec un courrier, il peut être utile de saisir la commission départementale de conciliation.

La saisine est obligatoire pour certains litiges liés au loyer (encadrement, loyer sous-évalué, loyer sur-évalué, complément de loyer).

La procédure est gratuite.

* Cas 2 : Recours au juge

Si vous souhaitez contester un loyer surévalué, vous devez saisir le tribunal d'instance au moins 5 mois avant la date de renouvellement du bail, sachant que la saisine de la commission de conciliation est un préalable obligatoire.

À savoir : le recours à un avocat n'est jamais obligatoire.

Loyer sous-évalué

* Cas 1 : Recours amiable

Quel que soit le litige qui vous oppose à votre locataire ou à votre bailleur (ou à son représentant, notamment une agence immobilière), il est toujours préférable de trouver une solution amiable afin de conserver de bons rapports locatifs.

Courrier écrit

Si vous ne parvenez pas à vous parler, il est conseillé d'adresser un courrier recommandé avec accusé de réception :

  • relatant les faits le plus précisément possible,

  • et accompagné des arguments et preuves pour à étayer votre propos (références juridiques, factures, photos etc...).

Ce courrier est une première étape préalable incontournable pour engager ensuite un recours éventuel devant le juge.

Conciliation

Si vous n'obtenez pas gain de cause avec un courrier, il peut être utile de saisir la commission départementale de conciliation.

La saisine est obligatoire pour certains litiges liés au loyer (encadrement, loyer sous-évalué, loyer sur-évalué, complément de loyer).

La procédure est gratuite.

* Cas 2 : Recours au juge

Le juge du tribunal d'instance doit impérativement être saisi :

  • et avant la date d'échéance du bail.

À savoir : le recours à un avocat n'est jamais obligatoire.

Encadrement des loyers

* Cas 1 : Recours amiable

Quel que soit le litige qui vous oppose à votre locataire ou à votre bailleur (ou à son représentant, notamment une agence immobilière), il est toujours préférable de trouver une solution amiable afin de conserver de bons rapports locatifs.

Courrier écrit

Si vous ne parvenez pas à vous parler, il est conseillé d'adresser un courrier recommandé avec accusé de réception :

  • relatant les faits le plus précisément possible,

  • et accompagné des arguments et preuves pour à étayer votre propos (références juridiques, factures, photos etc...).

Ce courrier est une première étape préalable incontournable pour engager ensuite un recours éventuel devant le juge.

Conciliation

Si vous n'obtenez pas gain de cause avec un courrier, il peut être utile de saisir la commission départementale de conciliation.

La saisine est obligatoire pour certains litiges liés au loyer (encadrement, loyer sous-évalué, loyer sur-évalué, complément de loyer).

La procédure est gratuite.

* Cas 2 : Recours au juge

En cas de litige portant sur l'encadrement des loyers, le tribunal d'instance dont dépend le logement loué doit être saisi, après la commission de conciliation.

La saisine du juge doit être faite dans les 3 ans à compter du jour où le litige est apparu.

À savoir : le recours à un avocat n'est jamais obligatoire.

Autres litiges

Il s'agit de tous les litiges entre un locataire et son bailleur, notamment ceux relatifs :

  • aux impayés de loyer ou de charges,

  • à la souscription d'une assurance habitation,

  • au contrat de bail,

  • à une expulsion.

* Cas 1 : Recours amiable

Quel que soit le litige qui vous oppose à votre locataire ou à votre bailleur (ou à son représentant, notamment une agence immobilière), il est toujours préférable de trouver une solution amiable afin de conserver de bons rapports locatifs.

Courrier écrit

Si vous ne parvenez pas à vous parler, il est conseillé d'adresser un courrier recommandé avec accusé de réception :

  • relatant les faits le plus précisément possible,

  • et accompagné des arguments et preuves pour à étayer votre propos (références juridiques, factures, photos etc...).

Ce courrier est une première étape préalable incontournable pour engager ensuite un recours éventuel devant le juge.

Conciliation

Si vous n'obtenez pas gain de cause avec un courrier, il peut être utile de saisir la commission départementale de conciliation.

La saisine est obligatoire pour certains litiges liés au loyer (encadrement, loyer sous-évalué, loyer sur-évalué, complément de loyer).

La procédure est gratuite.

* Cas 2 : Recours au juge

D'une manière générale, tout litige qui porte sur un litige lié à une location immobilière relève de la compétence du tribunal d'instance dont dépend le logement loué.

La saisine doit être faite dans les 3 ans à compter du jour auquel le litige est apparu.

À savoir : le recours à un avocat n'est jamais obligatoire.

Les informations de cette fiche ne sauraient préjuger de l'examen individuel de votre situation par l'administration compétente.
Modifié le 05/10/2015
source www.service-public.fr
 Union Européenne Region Normandie logo seinemaritime Prefecture Seine Maritime CCCA Maximilian Moorslede Ville Fleurie Commerce De Proximite Tourisme et Handicap velo velo

Cany Barville

Place Robert Gabel
76450 CANY BARVILLE

02 35 97 71 44
Horaire : Du lundi au jeudi : 8h30 - 12h / 13h30 - 17h30
Vendredi :  8h30 - 12h / 13h30 - 17h00
Samedi :11h00 - 12h00 permanence des élus et du Maire

ENVOYEZ-NOUS UN EMAIL

Mentions légales
Politique de confidentialité
Plan du site
Connexion
Logo WSF Conception WSF © 2019 -

Cany-Barville en images

Bailliage de Caux - Cany-Barville - Valentin LANGE 2
Parc de clos Saint-Martin - Cany-Barville - Valentin LANGE
Vue depuis la vloroute du Lin - Cany-Barville - Valentin LANGE
Corso Fleuri 2 - Cany-Barville - Valentin LANGE
La Durdent parc du clos Saint-Martin - Cany-Barville
Corso Fleuri 3 - Cany-Barville - Valentin LANGE
Dtail architecture 3 - Cany-Barville - Jean-Charles FONTAINE
Mdiathque les Semailles - Cany-Barville - Jean-Charles FONTAINE
LHtel de la Poste - Cany-Barville - Valentin LANGE
Hotel de ville - Sylvie DESBOEUFS
durdent 2
Ecomuse moulin Saint-Martin - Cany-Barville - Jean-Charles FONTAINE
La Chapelle de Barville - Cany-Barville - Ludivine JOURDAIN

Météo à Cany-Barville

Logo Cany 2021